Être Compagnon

 

Saint Dominique

Saint Dominique

1.1 Le Compagnon veut consacrer toutes ses forces à faire pénétrer la parole de Dieu dans le monde en vue du salut des âmes selon le charisme de saint Dominique et la spiritualité des Prêcheurs. Son leitmotiv est: Louer, Bénir, Prêcher, Laudare, Benedicere, Praedicare.

(Cf. Méditation N° 1, Ô Dieu, Erich Przywara, jésuite polonais, Nous sommes appelés à être ton amour, Ô Dieu.)

1.2 Les Compagnons veulent se comporter comme des hommes et des femmes qui cherchent leur salut et celui du prochain. Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. Pour cette fin, les membres font partie de la Société des Compagnons de la Mission, instituée pour l’évangélisation dans le monde. Ils s’inspirent dans leur conduite et leur mission, de la spiritualité des Prêcheurs (Dominicains), léguée par saint Dominique à ses frères et à ses sœurs.

1.3 Appelé à se sanctifier, et dans un souci d’évangélisation, le Compagnon croit que la vie chrétienne est porteuse de valeurs évangéliques, s’exprimant par la participation aux sacrements de l’Église selon ses disponibilités, s’adonnant à la prière personnelle en temps opportun, se nourrissant de la Parole de Dieu par l’étude, enfin, en accomplissant la mission qui lui est propre, individuellement ou à plusieurs.

1.4 À cet effet, les règlements prévoient des temps de formation nécessaires pour le développement spirituel des membres et pour les préparer à la mission d’évangélisation dans leur milieu.

1.5 Comme des envoyés, les Compagnons de la Mission collaborent avec l’ensemble de l’Église, les organismes ecclésiaux et tous les autres organismes par souci d’évangéliser le monde dans les milieux où ils vivent et travaillent. Exceptionnellement, ils peuvent s’engager dans d’autres milieux lorsque c’est possible et souhaitable, toujours avec le consentement de leurs proches, familles et autres.

1.6 La Société des Compagnons de la Mission se donne un style de gouvernement adapté, favorisant l’entraide et la fraternité entre ses membres, afin d’accomplir sa mission avec efficacité et selon les orientations que chacun des groupes ou section de travail aura développées. C’est à partir des besoins qu’ils auront identifiés et selon les aptitudes des membres et leurs motivations qu’ils pourront accomplir leur mission avec joie et générosité.

1.7 À cette fin, les règlements seront sujets à révision tous les cinq ans par l’assemblée générale des Compagnons de la Mission, sauf la constitution fondamentale (le préambule de la règle de vie) qui devrait subir peu de changements afin d’en sauvegarder l’esprit et l’unité selon le charisme de la Société.

1.8 Le modérateur général et les responsables régionaux ainsi que les responsables des groupes locaux ou sections de travail sont élus pour des mandats déterminés par la règle de vie.

1.9 Le gouvernement, général, régional, ou local de la Société est communautaire, démocratique et il est guidé par la charité. Chacun des Compagnons a le souci de l’autre et contribue au bien commun favorisant la vie fraternelle et la collaboration apostolique entre les membres. L’unanimité de notre vie, enracinée dans la charité de Dieu, doit montrer l’exemple de la réconciliation universelle dans le Christ, que nous annonçons par notre parole.

1.10 La spiritualité des Compagnons s’inspire de l’Écriture sainte, de la règle de saint Augustin et de la vie de saint Dominique. Saint Augustin dit : Avant tout, frères très chers, aimons Dieu, aimons le prochain : ce sont les commandements qui nous sont donnés en premier.

1.11 Cette spiritualité prend pour modèle aussi la spiritualité de l’Ordre des Prêcheurs qui tout au long de son histoire a développé une sagesse dont le Compagnon veut être l’héritier. Le Prêcheur est membre de la famille dominicaine. À ce titre, c’est avec détermination que nous avons à développer les collaborations apostoliques entre les frères, les moniales, les sœurs apostoliques, les laïcs et les autres mouvements dominicains. La complémentarité de chacun donnera une force plus grande au témoignage de l’espérance. C’est donc en communion avec nos frères et sœurs de l’Ordre que nous cherchons à vivre la mission de Compagnon. De nouveaux défis se posent aujourd’hui : la promotion du laïcat dominicain au-delà de nos fraternités laïques traditionnelles4 disait le maître de l’Ordre dans son rapport sur l’état de l’Ordre dans le monde pour le chapitre des frères de 2010.

1.12 Le Compagnon veut relever ce défi en proposant une alternative à l’engagement des laïcs dominicains dans des fraternités laïques telles qu’elles existent actuellement, avec l’exigence d’un engagement envers le Maître de l’Ordre. La Société ne veut nullement entrer en concurrence avec le laïcat dominicain traditionnel.

1.13 Certains voudrons un engagement plus immédiat avec l’ordre. Les Compagnons veulent présenter une nouvelle manière de penser le rattachement à l’ordre dans le cadre de la famille dominicaine. Un Compagnon qui désire devenir laïc dominicain sera encouragé dans sa démarche, mais devra résilier son appartenance à la Société. La Société veut offrir une voie différente où la personne se considère déjà engagée par son baptême à suivre le Christ dans le monde, sans obligation envers un ordre religieux. Ainsi, la Société et le Compagnon gardent une relative autonomie par rapport à un ordre religieux. Ce dernier veut simplement vivre la spiritualité des Compagnons s’inspirant de l’esprit des Prêcheurs.

1.14 La vie des groupes locaux ou sections missionnaires s’inspire de la première communauté chrétienne : Ils se montraient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières […] jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. Ils louaient Dieu… Les responsables veillent à assurer la continuité de cet esprit communautaire, adaptant le fonctionnement de chacune des entités aux circonstances et aux personnes.

1.15 Pour arriver à leurs fins, les membres se réunissent en assemblées de manière régulière, se soutenant les uns les autres par l’amour fraternel et la collaboration apostolique. La règle de vie détermine la fréquence de participation aux assemblées comme un minimum demandé. Néanmoins, les groupes locaux demeurent libres d’y ajouter toutes activités ou rencontres qu’elles jugent utiles et agréables.

1.16 On accueillera aux assemblées, avec bienveillance et charité, les personnes qui manifestent un intérêt pour les objectifs de la Société, sauf pour les assemblées qu’on jugera non opportunes pour des profanes.

Les commentaires sont fermés.